Mission Abercrombie Fitch

Mission Abercrombie & Fitch la semaine dernière sur les Champs-Elysées.

Une amie m’avait mandatée : sa fille, pour ses 14 ans, avait demandé un sweat à capuche Abercrombie. La dame, ne vivant ni à Paris, ni à Londres, ni à Milan (les seules boutiques européennes de l’iconique marque américaine), n’avait pas d’autre moyen pour se le procurer que de le commander sur internet.

Mais la pauvre s’est fait avoir : en commandant sur un site qui porte le nom Abercrombie et qui est en français (et qui est en 2 ou 3ème position de la première page de recherche Google pour le mot clef « Abercrombie and Fitch »), elle a reçu (pour le même prix) une contrefaçon en provenance de Chine d’une qualité exécrable.

Drame familial. La demoiselle hurle. Le mari s’énerve et la mère de famille ne sait plus que faire pour se procurer le sweat en question. Elle était même prête à prendre le train pour venir elle même à Paris acheter le fameux cadeau. J’étais donc bien contente de lui rendre service.

Avant tout, laissez moi vous donner ce conseil : aucun site OFFICIEL Abercrombie & Fitch n’existe en français. Le seul site Abercrombie dont vous puissiez être sûrs est le site américain : www.abercrombie.com. ET C’EST TOUT ! Les autres sont des nids de contrefaçons sans vergogne qui reprennent sans hésiter les produits, les logos etc… Pour vous en convaincre, cherchez, sur ces sites, les mentions légales… A part un vague blabla sur la politique de confidentialité, aucun n° de SIRET ou d’adresse légale comme la loi l’exige en France. Si vous voyez un site en français, surtout, fuyez !

De même, on trouve maintenant des Abercrombie sur différents marchés. Le « même » sweat (150€ chez Abercrombie à Paris) aurait pu s’y retrouver à 50€. CE SONT DES FAUX ! Même si le vendeur vous soutient mordicus que ce sont des vrais. Fuyez là aussi. Vous imaginez bien que la marque qui a réussi la prouesse marketing de fédérer les adolescents (et les autres !) du monde entier au point de provoquer des drames familiaux, ne s’amuserait pas à galvauder sa distribution sur des marchés. Idem pour une marque comme Converse dont les faux pullulent aussi (notamment dans des enseignes de grande distribution bien connues…).

Vous pensez bien que la marque qui a rénové à grands frais et pendant des mois, un hôtel particulier de 3 étages sur les Champs-Elysées

 

Pour vendre ses mini jupes, ses jeans et ses t-shirts ne va pas s’amuser à sous traiter sa vente à des camelots…

Prudence, donc.

Vous connaissez le concept des boutiques Abercrombie & Fitch ? Sans doute si vous êtes allé(e) à New York, sur la 5ème avenue (c’est là aussi que je l’ai découvert – incrédule !). Pour ceux et celles qui ne connaîtraient pas, voici un aperçu (pas de photos de l’intérieur, c’est totalement interdit).

Rendez vous donc au 23 avenue des Champs Elysées, dans la boutique parfumée (le parfum maison est diffusé 50 mètres alentour), sans vitrine ni signe distinctif à part sa belle plaque et…

 

La queue sans fin depuis l’ouverture de la seule boutique française cet été à Paris.

Un hôtel particulier avec des grilles sublimes vous accueille après une allée de fins gravillons et d’arbre savamment éclairés. C’est donc à l’arrière de la bâtisse que tout se joue… Un jeune homme torse nu et imberbe à la musculature sans équivoque vous invite à entrer dans ce qu’on a de plus en plus de mal à appeler une boutique. Sa petite copine en pull bleu marine et mini jupe à volants vous attendra à la sortie pour vous immortaliser votre visite, lovée au bellâtre…

A l’intérieur, le décor est magnifique : escaliers de verre majestueux, peintures murales à la gloire de la jeunesse américaine sportive des années Norman Rockwells. A cette ambiance s’ajoute le parfum entêtant diffusé à tous les étages et une musique totalement à fond. Le tout quasiment dans le noir.

Mais le clou du spectacle, bien sûr, ce n’est pas ça…

 

Mais bien les « vendeurs » et les « vendeuses ». Qui n’ont de vendeurs et de vendeuses que le nom (d’où ma mauvaise expérience et mon accrochage avec un beau brun baraqué de 20 ans qui m’a parlé comme à une vieille débile sous prétexte qu’il est estampillé « je suis beau et je t’emmerde » mais bref !).

N’allez pas chez Abercrombie pour le service (ces types sont incapables de trouver un produit, ne sont pas aimables –ce sont, de toute façon, des jobs étudiant et ils se fichent complètement de vous : ils sont là pour vous écraser de leur beauté !!) ni même pour les produits, allez y pour le spectacle ! Partout, des jeunes gens et des jeunes filles SUBLIMES, en tongs et bermuda et mini jupe à volants tout au long de l’année. On se croirait dans les Hamptons, à la fois chez Gatsby et dans Nos Plus Belles Années.

 

A chaque fois que je veux aller acheter mes t-shirts ou mes sweats « doudous », j’avoue, je suis bluffée. La force de l’image et du marketing tout de même…

Vous allez dire que je suis snob mais, je préfère mille fois la boutique de New York…

 

Bizarrement je ressens moins l’arrogance qu’à Paris. Que voulez vous, avec l’accent, ça sonne mieux !

Alors, si vous avez des adolescent(e)s, et qu’ils vous demandent l’expérience Abercrombie, offrez leur ! Vous même vivrez quelque chose d’assez incroyable Un avant goût, pour le plaisir

 

Ah et, au fait, après des recherches dans les 3 étages, j’ai fini par trouver le fameux sweat ! Je crois que j’ai fait une heureuse !

Comme vous j’aime la mode, la beauté, le design sans pour autant en être esclave, sans penser que ce sont les domaines les plus importants de ma vie, sans pouvoir m’habiller en taille 34 ni pouvoir y consacrer un budget faramineux.

Ici, vous trouverez des gros plans sur des tendances de mode, des façons « faciles » de porter les vêtements ou les bijoux, des histoires de femmes qui nous ressemblent et… quelques coups de projecteur sur New York, ma grande passion !

J’anime par ailleurs une nouvelle marque de bijoux, 001 212 (pour l’indicatif de Manhattan…), ce blog est aussi un moyen de faire le lien.

Bonne lecture à tous et, surtout, n’hésitez pas à faire part de vos commentaires !

Laisser un commentaire